En retard : le chef de Frontex, M. Leggerie, démissionne

En retard : le chef de Frontex, M. Leggerie, démissionne

front-LEX salue la démission, attendue depuis longtemps, de Fabrice Leggerie en tant que directeur de l’Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures (Frontex). L’Olaf, l’agence anticorruption de l’UE, enquêtait sur d’éventuelles malversations au sein de Frontex. Les pushbacks illégaux effectués par les gardes-frontières européens ont longtemps été niés, bien qu’il y ait eu suffisamment de preuves. Peu avant la fin de l’enquête, Leggerie a fait face à la pression des enquêteurs. La pression qui a conduit à cette situation est principalement due au travail de notre service juridique front-LEX, Omer Shatz et Iftach Cohen.

Les organisations de défense des droits de l’homme critiquent depuis longtemps le fait que Frontex soit devenue beaucoup plus grande et plus puissante, qu’elle manque de transparence et qu’elle néglige la protection des droits fondamentaux.

Les commentaires sont clos.